Politique de l’autodafé en Azerbaïdjan

Autodafé des livres d'Akram Aylisli à Gandja, en Azerbaïdjan

Autodafé des livres d’Akram Aylisli à Gandja, en Azerbaïdjan

Akram Aylisli est un romancier azéri dont les livres sont régulièrement brûlés par une foule en colère, à Gandja et dans d’autres villes d’Azerbaïdjan. Que lui reproche-t-on exactement ? D’avoir publié Rêves de pierres, un roman où les arméniens ne sont pas montrés du doigt comme des ennemis à maudire, mais racontés comme des personnages parmi d’autres, aussi complexes et humains qu’un personnage azéri ou russe.

Les livres d’Aylisli ont été traduits dans plus d’une dizaine de langues, mais ne le sont pas encore en français, malgré l’importance de ses publications et l’originalité de certains textes. Jusqu’en 2013, date de parution de Rêves de pierres, Akram Aylisli était un écrivain honoré, qui bénéficiait du titre d’écrivain du peuple, ce qui ne l’a pas empêché d’exposer sa vision des pogroms dont les Arméniens furent victimes à Soumgaït et Bakou. Le roman incriminé a d’abord paru sous forme de feuilleton dans un journal de langue russe, Druzhba Narodov, dans lequel un comédien azéri prend la défense de victimes arméniennes d’un pogrom,  au risque de se faire lui-même lyncher.

Akram Aylisli

Akram Aylisli

A partir du 7 Février 2013, date du décret présidentiel qui dépouille Akram Aylisli du titre d’écrivain du peuple tout en annulant sa rétribution, les ennuis n’ont pas cessé. Le fils et la femme de l’écrivain ont perdu leurs emplois, ses livres ont été brûlés par des intellectuels affiliés au pouvoir, fidèles au président Ilham Aliyev et à sa vision autoritaire de la littérature. Une prime de 13 000 $ a été offerte à celui qui tranchera l’oreille de l’écrivain répudié.

La seule bonne nouvelle est venue d’Arménie où le poète Levon Ananyan, qui est aussi journaliste, éditeur et président de l’Union des écrivains d’Arménie, qui a apporté tout son soutien à son collègue azéri : « Akram Aylisli est ce brave homme qui ouvre la voie, montrant le chemin qui mène à la repentance par la vérité. » Malheureusement, Levon Ananyan est décédé en septembre 2013, et les écrivains arméniens ou azéris prêts à soutenir Aylisli se comptent sur les doigts d’une seule main. Citons Chingiz Guseynov, un romancier de 85 ans qui a pris publiquement la défense du roman et de son auteur – qui fut l’un de ses étudiants au temps de l’URSS – estimant que Rêves de pierre « prouve au monde entier que nous ne sommes pas des sauvages ».

Hugh Williamson, directeur d’Human Rights Watch pour l’Europe, a exprimé son inquiétude pour la sécurité physique du romancier,  en appelant le gouvernement d’Azerbaïdjan à mettre fin à sa campagne d’intimidation. Face aux menaces, Aylisli refuse de se taire et affirme que « les Arméniens ne sont pas nos ennemis… Comment pourraient-ils l’être? Je suis un écrivain vivant du 21e siècle et je veux contribuer à une solution pacifique entre les deux nations. » 

En Azerbaïdjan, il est de plus en plus fréquent que des journalistes, des militants ou des artistes soient persécutés en tant qu’« espions arméniens » ou « ennemis de la nation », pour la seule et unique raison qu’ils appellent à la paix et à la réconciliation. La haine des Arméniens est devenue une constante du discours politique officiel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s