Leyla Zana, pasionaria kurde

layla-zana-copie

Leyla Zana

En Turquie, la violence d’État semble devenue une plaie impossible à soigner. Et l’Europe a depuis longtemps détourné son regard, comme à son habitude. Alors comment lutter contre l’inhumanité d’un régime politique qui refuse à ce point de laisser entendre d’autres voix, d’autres visions que la sienne ? Les assassinats, les tortures et les menaces de mort n’ont jamais empêché Leyla Zana de mener cette lutte coûte que coûte, par ses écrits, ses discours et ses grèves de la faim. En 1994, alors qu’elle vient d’être élue députée, l’Etat turc l’emprisonne pour quinze ans, sans parvenir à la faire taire. Son crime était d’être devenue l’avocate du peuple kurde auprès des institutions et des médias européens, puisque la presse turque n’a pas cessé de censurer ses articles.

Pour reprendre les mots d’Aline Pailler, Leyla Zana a acquis la carrure politique d’un Nelson Mandela ou d’une Louise Michel. Ses textes ont souvent la même force que leurs écrits. Sa vie a subi le même acharnement, les mêmes persécutions pour avoir porté à son plus haut degré d’incandescence la parole d’un peuple en lutte. « D’Algérie au Bangladesh en passant par le Kurdistan et l’Iran, la lutte des femmes sera la principale force de résistance démocratique contre la barbarie intégriste », a-t-elle écrit en 1994, dans un texte où elle exprimait son admiration pour le combat de Taslima Nasreen.

layla-zanaPeu à peu, Leyla Zana est devenue la pasionaria du peuple kurde. En 1995, les éditions des Femmes ont rassemblé ses écrits de prison dans un ouvrage qui donne la mesure de son courage : « Du fond de ma prison, j’ai continué d’écrire, d’envoyer des lettres à des responsables politiques occidentaux, de rédiger des notes et des articles aux journaux, des messages de remerciement et de solidarité à tous ceux qui soutiennent le combat de mon peuple pour le respect de sa dignité et de son identité. Telles des bouteilles jetées à la mer, certaines de ces missives se sont perdues en cours de route, saisies par les geôliers et censeurs turcs. D’autres ont pu parvenir à leurs destinataires et forment la trame de ces écrits de prison. » (Parler, 25 mai 1995).

En 2002, la réalisatrice kurde Kudret Günes a réalisé un documentaire, Leyla Zana, l’espoir d’un peuple, alors que celle-ci continuait d’être emprisonnée à Ankara. C’est un document important pour qui voudrait comprendre mieux l’importance des écrits et des engagements de Leyla Zana dans la Turquie d’aujourd’hui. Libérée en 2004 par la Cour d’appel suprême de Turquie, elle est réélue aux élections législatives de 2011 et 2015, cette fois sans le soutien d’aucun parti. En juin 2012, elle fait le choix de rencontrer Recep Tayyip Erdogan, alors Premier ministre de l’Etat turc. « C’est quand la situation est difficile qu’il faut tout tenter pour rouvrir les portes », avait-elle expliqué, après avoir reconnu publiquement que le choix des armes était devenu une impasse. « Si la stratégie de lutte pour un Kurdistan uni et indépendant a bien cédé la place depuis 1999 à une stratégie du vivre-ensemble, si le but est bien aujourd’hui la démocratisation et la décentralisation administrative, personne, alors, ne peut en conscience vouloir la mort de jeunes pour cela», expliquait-elle dans une interview au quotidien Hürriyet.

layla-zana

Leyla Zana

En janvier 2013, à Paris, trois militantes kurdes – Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Soylemez – étaient assassinées dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan. Sakine Cansiz, réfugiée politique en France et fondatrice du PKK, était proche de Leyla Zana qui ne renonce pourtant pas au dialogue ni au processus de paix. « Cette nouvelle a provoqué un choc terrible et une immense tristesse. On ne s’attendait pas à cela, d’autant plus que les négociations qui viennent de commencer avec le gouvernement turc ont fait naître l’espoir d’en finir avec plus de trente ans de guerre et de répression », répondait-elle à un journaliste de L’Humanité, plus que jamais déterminée à ne pas rompre le dialogue.

En septembre 2015, elle continue de défendre l’idée que Kurdes et Turcs puissent coexister en paix. Elle entame une nouvelle grève de la faim : « J’adresse une prière à tous ceux qui ont pris les armes », déclare-t-elle. « Il y a cent ans que nous mourons en nous battant. Depuis plus de cent ans, vous avez voulu notre mort et nous avons survécu.
.Maintenant ça suffit.
.Nous n’allons pas grandir avec la mort. Nous allons pourrir la société à force de tuer et de mourir. Nous allons pourrir les consciences. Nous allons pourrir le futur. Nous allons pourrir nos sentiments.
 Peu importe ce qu’il y a dans la tête de chacun, il faut retourner autour de la table des négociations. Personne n’a rien à perdre en négociant. Pourquoi a-ton peur des négociations ? J’ai beaucoup de mal à comprendre.
 ».

« Je préfère mourir plutôt que d’envoyer des jeunes à la mort. Avec sérénité, je m’adresse à toutes les parties, après avoir interrogé ma conscience durant un mois : Si on n’arrête pas les morts, croyez-moi, je vais entamer une grève de la faim.
.Et en disant cela, ceux qui me connaissent le savent, je tiendrai parole, même si on doit me décapiter.
.Il est possible que mes forces ne suffisent pas, mais je reste maître de moi-même. Je préfère mourir que d’assister au spectacle de la mort. »

ooe-5r_d

Leyla Zana

« Tous, je vous salue avec respect, avec amour. Je serre dans mes bras tous les jeunes qui ont l’âge d’être mes enfants, j’embrasse les mains de mes ainés dont je respecte la sueur infiniment. Je dis tout cela en m’inclinant avec respect devant le témoignage de cette mère dont on garde le cadavre dans un frigo pour empêcher qu’il ne pourrisse. Mon âme est déjà morte depuis que j’ai appris qu’à Cizre, un bébé de 35 jours est mort sous des balles..Nos peuples ne méritent pas ça.
 »

Au fil des ans, Leyla Zana est devenue la conscience du peuple kurde en Turquie. Une conscience indépendante et maintenant impossible à faire taire. Alors écoutons-la, quand elle s’adresse aux dirigeants européens : « Les politiciens européens seraient bien avisés d’ouvrir les yeux sur ce que l’OTAN soutient dans la région grâce à leurs signatures. La France, membre du Conseil de sécurité de l’ONU, porte encore plus le poids de l’infamie d’un soutien renouvelé à Erdoğan. »

« Il est plus que tant que s’expriment des soutiens forts, sans ambiguïtés ni circonvolutions politiciennes, à ceux qui luttent pour l’unité des peuples débarrassés des fanatiques qui sèment la guerre si près de Daesh. La paix en Turquie, et un soutien armé et humanitaire à ceux qui combattent l’immonde au Rojava. Il n’y a rien de contradictoire à cela », a-t-elle déclaré en entamant sa grève de la faim. Pourtant, nos journaux ont cessé de rapporter ses déclarations. Ses textes continuent d’être censurés par la presse turque, mais plus aucun éditeur en Europe ne songe à les donner à lire, comme ce fut le cas en 1995, avec le recueil de ses écrits de prison parus aux éditions des Femmes.

Leyla Zana a besoin d’une tribune en Europe et au Moyen Orient. À Paris comme à Londres, à Berlin ou à Athènes, sa parole est celle d’une Turquie débarrassée de l’islamisme et de l’autoritarisme d’un parti unique. Elle continue de batailler pour sauver la possibilité d’un dialogue avec l’Etat turc, au lieu de ce « plan directeur de lutte contre le terrorisme » qui vise seulement à asservir les populations civiles kurdes.

__________________

zana-leyla-ecrits-de-prisonLeyla Zana, Ecrits de prison, textes traduits du kurde et du turc par Kendal Nezan. Préface de Claudia Roth, députée au Parlement européen. Editions des femmes Antoinette Fouque, Paris, décembre 1995.

Pour Taslima Nasreen, un texte de Leyla Zana dans Un Cahier rouge.

Leyla Zana, l’espoir d’un peuple. Un documentaire de Kudret Günes, 2002, 52 mn. Arte Films, TV 10 Angers.

Une réflexion sur “Leyla Zana, pasionaria kurde

  1. Pingback: Pour Taslima Nasreen | Un cahier rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s